Le baptême est indiscutablement la cérémonie qui, avec le mariage, fait son grand retour. En cause, le besoin d’offrir des repères aux enfants, de tisser des liens avec un parrain et une marraine qu’on affectionne particulièrement, de se retrouver pour des moments de bonheur en famille et avec les amis : tout cela explique que cette cérémonie, un temps considérée comme un peu désuète, soit redevenue très tendance.

Originellement, elle était organisée peu de temps après la naissance pour marquer l’entrée du nouveau-né dans la communauté des Chrétiens, en mémoire du baptême de Saint-Jean Baptiste par Jésus dans les eaux du mythique fleuve Jourdain. Les usages ont changé, et grâce aux progrès de la médecine, nous craignons moins pour la vie des enfants à peine venus au monde.

De nombreuses familles font le choix de baptiser leur enfant plus tard qu’auparavant. Une occasion, aussi, de prendre son temps pour organiser un beau moment entre traditions et modernité. Petit guide pour celles et ceux qui souhaitent faire un cadeau inoubliable à leur bébé : une cérémonie de baptême.

Comment s’organise la cérémonie du baptême ?

Il ne faut évidemment pas perdre de vue que la cérémonie est l’élément central de la journée de baptême organisée pour l’enfant. Il convient donc d’y apporter une attention particulière. Pour autant, de nombreux parents n’ont pas nécessairement reçu d’éducation religieuse, ou l’ont un peu oubliée avec le temps, et ne sont pas forcément familiers avec les détails de la célébration catholique, protestante ou orthodoxe. Deux choix s’offrent en général aux familles : se rapprocher des autorités religieuses qui les guideront dans leurs démarches, ou opter pour une cérémonie laïque qui aura lieu en mairie.

Dans le cas d’un baptême catholique – qui représente la majorité des baptêmes en France – il suffit de prendre attache avec la paroisse catholique du lieu de résidence de la famille ou bien de l’endroit où l’on souhaite organiser le baptême.

Il convient de s’y prendre à l’avance, les prêtres étant de moins en moins nombreux, et parce que les baptêmes se concentrent désormais beaucoup sur les mois de printemps qui entourent la période de Pâques. Pour un baptême entre mai et juillet (où de nombreux mariages occupent aussi les officiants), mieux vaut donc prendre ses précautions plutôt que de contacter les services ecclésiastiques à la dernière minute.

Il existe aussi, pour les familles de tradition philosophique ou religieuse différentes, la possibilité de choisir un baptême civil, parfois appelé “baptême républicain”. L’esprit de ce baptême non-religieux est largement inspiré de son ancêtre chrétien : il s’agit de marquer à la fois l’entrée de l’enfant dans une communauté qui l’accueille avec affection, et un lien avec une marraine et un parrain qui le soutiendront et l’orienteront dans la vie. Il peut être célébré par le maire ou par un adjoint. Les contraintes sont assez proches de celles d’un baptême religieux, dans la mesure où ces élus doivent aussi pouvoir se rendre disponibles. Attention, toutes les mairies ne dispensent pas de baptêmes civils, raison de plus pour se renseigner très en amont de la date envisagée pour la journée du baptême.

Quelles traditions à respecter ?

Qui dit “baptême” dit forcément “traditions” : la timbale en argent offerte par la marraine, les dragées offertes par le parrain, ainsi que les jolis couverts en argent…De nombreuses familles possèdent des souvenirs émus de ces traditions longtemps respectées à la lettre. Pour autant, il est tout à fait possible de s’en affranchir pour composer un baptême sur-mesure qui concilie coutumes et innovations plus modernes.

Par exemple, le blanc est la couleur incontournable des baptêmes, car c’est bien sûr la couleur de la pureté, de l’innocence, très souvent utilisée dans tous les moments qui concernent l’enfance (à la maternité, etc…). Il est donc plutôt d’usage que l’enfant baptisé soit habillé en blanc, en particulier à l’église. Mais rien n’empêche, pour le reste des festivités, de faire le choix d’une journée à thème. Dès lors la décoration, le code vestimentaire des invités, et même la restauration pourront être plus décalés et originaux que ce qu’imposaient autrefois les canons du baptême traditionnel.

Baptême

D’ailleurs, en matière de restauration, les usages ont aussi évolué. Le grand repas de baptême a toujours sa place bien entendu, mais il peut prendre de nouvelles formes. Il s’est adapté aux budgets, et n’a donc pas forcément lieu au restaurant. Mais surtout, de nombreux parents préfèrent organiser ce repas convivial sous la forme d’un buffet, plus détendu pour les adultes et où les enfants peuvent s’amuser. Là encore, il est très recommandé de réserver à l’avance un traiteur ou la salle municipale envisagée pour être certains de pouvoir comparer les différents tarifs et de disposer de son choix préféré.

Quels cadeaux pour un baptême ? 

Le choix d’un cadeau de baptême est toujours complexe, mais une règle simple permet d’éviter les fautes de goût : plus votre lien avec le baptisé et sa famille est étroit, plus le cadeau doit être recherché. Un cadeau trop onéreux pour un enfant que vous ne connaissez que de loin apparaîtra de mauvais goût, tout comme un cadeau banal pour un enfant dont on est un proche parent par exemple.

Les proches privilégieront les cadeaux à conserver longtemps : une superbe gourmette personnalisée, une bouteille de champagne gravée, ou encore une toile de naissance. Les amis et connaissances peuvent opter pour plus de fantaisie, comme une plaque Hollywood boulevard “une étoile est née” ou encore un délicieux parfum personnalisé. Enfin, pour marquer le moment et envoyer un message d’affection à toute la famille, une bougie coeur famille sera le cadeau parfait, émouvant et élégant à la fois.

Crédits photos : Fotolia / MagicMaman